Chœur Universitaire de Lausanne Musiques slaves

May 8, 2019, 8:30 PM
Cathédrale de Lausanne
For all ages Duration : 1h30 (w/o intermission)


Le chœur de l’UNIL-EPFL a choisi pour son concert annuel un répertoire doté d’une expression musicale hors du commun. Ce programme rassemble soigneusement des œuvres majeures de compositeurs slaves, dont deux grandes figures de la musique russe, Sergey Ivanovitch Taneïev (1856-1915) et Modest Moussorgski (1839-1881), ainsi que le compositeur tchèque Antonín Dvořák (1841-1904). Pour ce projet, le chœur a le plaisir de collaborer avec l'Orchestre Symphonique et Universitaire de Lausanne (direction artistique Hervé Klopfenstein), et d’être accompagné de deux excellents solistes professionnels, Diana Gouglina et Raphaël Hardmeyer.


Chœur
Chœur Universitaire de Lausanne
Orchestre
Orchestre Symphonique et Universitaire de Lausanne
Direction
Fruzsina Szuromi
Solistes
Diana Gouglina (soprano)
Raphaël Hardmeyer (basse)

La Cantate de Saint Jean Damascène de Taneïev (1872) est inspirée du poème éponyme d’Aleksey Tolstoy sur de la vie de ce Saint ayant vécu aux VIIe-VIIIe siècles. La pièce musicale touche particulièrement par la richesse de ses harmonies, par les couleurs denses et sobres de son orchestration, et, par-dessus tout, par son écriture contre-punctique. Taneïev, ami de Tchaikovski, surnommé le « Bach Russe », impose au chœur un double défi : d’une part, une recherche de parfaite transparence afin de mettre en valeur une technique de composition où toutes les voix sont autonomes, et, d’autre part, une émission vocale très timbrée de manière à rendre vivantes les tournures harmoniques aux sonorités incontestablement russes.

La Destruction de Sennacherib de Moussorgski (1867) se singularise quant à elle, d’un point de vue historique, par le fait qu’il s’agit de l’une des dernières pièces que le compositeur ait pu entendre de son vivant. L’œuvre est issue de la période de composition de la Nuit sur le mont chauve et présente de nombreuses similitudes avec cette dernière, de par son écriture frénétique et bouillonnante. Son texte est basé sur un poème de Lord Byron, dont certains passages parlants sont mis ici en valeur par une musique passionnée et pleine d’élan.

Le puissant Te Deum de Dvořák, enfin, a été composé en 1892, aux États-Unis, sur un hymne latin («  louange angélique ») du IVe siècle, et s’inscrit de façon organique dans le cadre des œuvres d’outre-mer du compositeur Tchèque. Tout comme la Symphonie du Nouveau Monde, composée l’année suivante, il ne manque pas de lyrisme ni d’entrain. Les passages les plus poétiques sont confiés aux solistes Soprano et Basse, tandis que le chœur représente la voix enthousiaste de la foule. Soutenu par une instrumentation similaire de la 9e Symphonie, les timbales, les trombones et les trompettes éclatants prêtent une brillance extrême à cette pièce courte mais très intense.

Un nouveau défi pour le Chœur Universitaire de Lausanne

Le Chœur Universitaire de Lausanne (dirigé par Fruzsina Szuromi) et l'Orchestre Symphonique et Universitaire de Lausanne (conduit par Hervé Klopfenstein) décident de relever le défi d'une collaboration enrichissante autour d’un assemblage inédit de musiques slaves riches en émotion, en lyrisme et en énergie.

Les 150 membres du Chœur universitaire inscrits cette année, étudiants, doctorants et collaborateurs de l’UNIL et de l’EPFL pour la plupart, se réunissent depuis la rentrée de septembre 2018, à raison de 2 heures 30 de répétition hebdomadaire d’une demi-douzaine de week-ends musicaux. Ils sont encadrés par des musiciens professionnels : la cantatrice Marie-Hélène Essade pour ce qui concerne la formation vocale, et les pianistes Atena Carte et Philippe Zahnd qui accompagnent et guident les choristes lors de chaque répétition. C’est Fruzsina Szuromi, formée à la prestigieuse académie Franz Liszt de Budapest, à la Haute école de Musique de Genève et spécialiste de la méthode Kodály, qui assure la direction artistique de ce programme original et exigeant, après le très enthousiasmant travail de l’année académique 2017-2018 sur le Roi David et le splendide succès de nos concerts à la Cathédrale de Lausanne et au Victoria Hall de Genève en compagnie de l’OSG, en mai-juin 2018.


www.asso-unil.ch/choeur