Une mise en scène de Gianni Schneider Mère Courage et ses Enfants, Bertolt Brecht

22 – May 26, 2018
Salle Paderewski, Lausanne
16+ Duration : 1h50 (w/o intermission)

  Les billets sont également en vente à Lausanne Tourisme, Gare CFF et Ouchy-Métro, et le jour même sur place.

Mère Courage et ses Enfants de Bertolt Brecht, dans une mise en scène de Gianni Schneider.

Anna Fierling, dite Mère Courage, flanquée de ses deux fils et de sa fille muette, écume les champs de bataille d’une Europe dévastée, cherchant les bonnes affaires. Sans patrie ni religion, elle tire parti de sa situation avec une opiniâtreté qui fait sa légende, chaque petit profit légitime sa conduite ; à la guerre, il n’y a pas de mauvaises affaires.

La pièce en douze tableaux se passe pendant la Guerre de trente ans : Anna Fierling, une cantinière, accompagnée de ses fils Eilif et Scheizerkas, et de Kattrin, sa fille muette, traîne sa petite roulotte bâchée sur les routes.  Elle achète puis vend tout ce qu’elle peut, munitions, godasses, poulets.  Cette cantinière ne manque pas de lucidité : la guerre est son fonds de commerce mais elle ne veut pas le savoir. Bien évidemment, à vouloir le beurre et l’argent du beurre, elle en paiera le prix fort. Le point de rupture arrive et lui fait dire « il ne reste plus rien à vendre et plus personne n’a rien pour acheter ce rien ». Entre temps, ses deux fils et sa fille, la guerre les lui a pris. Elle se retrouve donc seule avec sa vieille charrette. Intelligente et rusée, mais âpre au gain et sans doute aveuglée qu’elle est par son malheur, elle comprend trop tard qu’elle n’a pas réussi  à passer entre les gouttes…


Monter aujourd’hui Mère Courage, c’est donner à voir et ressentir un théâtre engagé et politique, c’est offrir l’occasion d’un débat sur la responsabilité de chacun, au sein de notre société et dans notre système libéral mondialisant. Un débat au delà de ce qu’est la guerre, mais ce qu’est la crise : économique, sociale, morale. Un débat sur notre fausse paix, dans laquelle de plus en plus de gens en sont réduits, aujourd’hui, à simplement survivre.
Brecht reste résolument moderne, sa voix s’élève contre les injustices, sa réflexion sur la condition humaine nous parvient en pleine lumière et c’est un acte fondamental à mon sens que de perpétuer son idéal d’un théâtre social engagé, humain et politique.
En parallèle à la pièce, je souhaite, avec mon équipe de dramaturgie et traduction, mener un travail de médiation auprès des écoles, en proposant des scolaires dans les collèges et gymnases romands et des débats avec les étudiants.

Gianni Schneider


Gianni Schneider
Mise en scène et scénographie
Hélène Mauler et René Zahnd
Traduction
René Zahnd et Magali Tosato
Version scénique
Magali Tosato
Dramaturgie
Marion Rosselet et Aurèle Pilet
Recherches, dossier pédagogique
Agathe Hauser
Assistante à la mise en scène
Sybille Portenier
Peinture toile du décor
Alain Cruchon
Construction décor
Giuseppe Greco
Video et direction technique
Laurent Junod
Création Lumières
Maïlys Leung Cheng Soo
Création costumes
Antonio Miele et Sonia Geneux
Coiffure et maquillage
Sylvain Jacques
Musique
et Grégoire Léaute
(d’après P. Dessau)
Dominique Tille
Coach des chants
Xavier Munger
Directeur de la Diffusion
Mark Pralsky
Site Web de la Compagnie
Mike Wolf
Photographe

Distribution

Emmanuelle Ramu, Roland Vouilloz, Malya Roman, Matthias Urban, Jean-Pierre Gos, Romain Daroles, Agathe Hauser, Maxime Gorbatchevky, Baptiste Coustenoble, Edmond Vullioud, Arnaud Matthey.


www.giannischneider.ch