Avec le Choeur de la Cité Lausanne et le Sinfonietta de Lausanne La douleur et la joie – Francis Poulenc

7 mars 2024 20:00 Cathédrale de Lausanne dès 12 ans Durée : 1h00 (sans entracte)

« La douleur et la joie» : Stabat mater & Gloria de Francis Poulenc.

Avec le Sinfonietta de Lausanne et le Choeur de la Cité Lausanne.
Laurence Guillod
soprano
Renaud Bouvier
direction

Francis Poulenc (1899-1963) est certainement l’un des compositeurs majeurs du XXe siècle pour la voix, qu’elle soit soliste ou chorale. Au sein de sa production, ce sont bien les œuvres vocales qui assurent le mieux sa popularité auprès du grand public. Que ce soient des chansons à boire, des chansons sur des textes de ses amis poètes, comme Éluard, de la musique sacrée (Poulenc avait comme son père une « magnifique foi »), a cappella, avec orgue ou orchestre, Poulenc a toujours eu le génie de la langue qu’il met en musique. Il a aussi un sens aigu du contrepoint qu’il n’a cessé de travailler. Sa musique est le fruit d’une élaboration minutieuse qu’il efface pour faire place à l’évidence, sa manière et son style entre tous reconnaissables.

Présenter dans le même concert ses deux œuvres les plus importantes pour chœur et orchestre permet d’explorer deux faces du musicien : la douleur et la joie.

Son bouleversant Stabat Mater (1950) est né de la perte subite d’un ami cher, Christian Bérard, peintre et scénographe. Plutôt que d’opter pour un Requiem, Poulenc choisit la douleur plus spécifique qu’exprime le poème du Stabat Mater de Jacopone da Todi (XIIIe siècle) : la douleur d’une mère (la Vierge) devant son enfant mort (Jésus). Poulenc l’écrit pour grand orchestre, chœur à 5 voix, dont trois masculines, ce qui rend le chœur plus sombre qu’habituellement, dans une douloureuse, mais très douce gravité. Comme dans un clair-obscur, la voix soliste de la soprano vient transcender la douleur, et comme illuminer la musique en rayonnant de ses hauteurs.

Le Gloria, composé 9 ans plus tard en 1959, est une irruption joyeuse de la musique, dans un rire presqu’enfantin qu’affectionnait le compositeur. Certains s’en sont offusqués. Ce à quoi Poulenc répondit : « Pourquoi ? J’ai pensé, simplement, en l’écrivant, à ces fresques de Gozzoli où les anges tirent la langue, et aussi à ces graves bénédictins que j’ai vu un jour jouer au football ». Composé également pour soprano, chœur et grand orchestre le Gloria confie presque inversement symétriquement à la voix de la soprano solo d’imposer une certaine gravité à ces voix très joyeusement débridées.

Toute la personnalité contrastée de Poulenc — moine et voyou, ainsi que le définissait le musicologue Claude Rostand — colore ces deux grandes œuvres. Poulenc nous les fait traverser au gré de sa douleur tendre et de son rire désarmant.

Renaud Bouvier


Plus d’informations sur choeur-de-la-cite.ch

Début : 20:00 / Portes : 19:15

Cathédrale
Place de la Cathédrale
1005 Lausanne

Points de vente
Lausanne Tourisme, Place de la gare, Av. Louis-Ruchonnet 1 (entrée sud)
Bureau d'accueil de la Cathédrale de Lausanne (en entrant à droite)
Voir les horaires des guichets


Info mobilité réduite
L'accès est possible pour les personnes en chaise roulante grâce à un élévateur (côté Sud).
Entrée libre pour l'accompagnant. Nous contacter au 024 543 00 74.